Historique

Hiver

C'est autour de 1864 que l'abbé Charles Stanislas Richard, curé de Ste-Anne de Chicoutimi-Nord, débute le défrichage des lots déjà arpentés par Edmond Duberger accompagné de quelques paroissiens. En 1885, St-Charles-de-Bourget appelé Township Bourget compte environ 300 habitants. Les familles étaient très nombreuses à cette époque. Il y avait donc suffisamment d'enfants pour construire une école. La première institutrice, Émilie Gagné, devait prendre en charge une vingtaine d'enfants d'âges différents. C'est en 1886 que le bureau de poste s'établit sous le nom de " La Décharge de la rivière à l'ours". Comme le nom était trop long, ils décident en 1889 de l'appeler " La Décharge". Il porte aujourd'hui le nom de Saint-Charles-de-Bourget.

 

Vers 1911, une rumeur fait beaucoup parler les gens du village. Une grosse compagnie voudrait hanarcher des rivières, en particulier le Saguenay, au moyen de barrages, afin de produire de l'électricité. Un tel projet paraissait irréalisable aux yeux de plusieurs résidents. Des démarches furent entreprises par la suite auprès de certains cultivateurs pour obtenir des promesses de vente de terrain. Pendant la période de 1905 à 1931 se produit l'événement le plus marquant, la baignade du village par le rehaussement des eaux du Saguenay, résultat de la construction du Barrage de Chûte-à-Caron. La rivière Saguenay sépare maintenant St-Charles de Jonquière-Nord. Pour continuer les visites entre les deux villages, un bac, permettant aux gens d'embarquer leur voiture, est mis à leur disposition pour traverser le Saguenay. Les voitures du temps étaient bien sûr, tirées par des chevaux. Après plusieurs années, le village doit être déménagé à l'endroit actuel. La réalisation du projet des barrages cause donc la disparition de l'ancien village.

 

Un lieu qui a marqué cette époque est Val-Menaud, situé sur le bord de la rivière Saguenay. Le Manoir Boréal de l'avocat Larouche y était installé. Le curé de l'époque ne trouvait pas ce coin de terre si magnifique: " Val Menaud est un lieu de débauche ". Pourtant, ce lieu a accueilli des grands noms de la chanson francophone: Gilles Vigneault, Félix Leclerc, Charles Trenet, etc. Le manoir a été incendié le 27 juin 1965 alors qu'il était en location aux pères Oblat qui l'utilisaient comme centre de réhabilitation.

 

En 1948, les contribuables de la municipalité de St-Charles bénéficient de l'électricité. C'est l'abbé Jules Riverin qui est à la tête de la paroisse à cette époque de 1947 à 1955. Le 25 juillet 1951, un ouragan frappe la municipalité et ses habitants. Chaque propriétaire touché se voit dans l'obligation de nettoyer les dégâts et de rebâtir. Un an plus tard, ils recevront un montant global de 75 000$ d'aide gouvernemental.

 

St-Charles-de-Bourget possède une mine de fer qui n'a cependant jamais été exploitée. Ses gisements se trouvent enfouis sur les lots 44 à 48 du rang 1.

 

En construisant son garage en 1955, M. Raymond Tremblay devient le premier garagiste de la place. Ce garage n'existe plus maintenant mais un de ses petit-fils, M. Carl Tremblay opère maintenant la station de service Irving.

 

Foret

En novembre 1968, un gros incendie détruit complètement le couvent fondé précédemment par les religieuses Notre-Dame du Bon Conseil. Il avait été construit en 1947 et des cours de niveau primaire et secondaire y étaient dispensés. Il était surtout fréquenté par les élèves de niveau supérieur puisque ceux du primaire fréquentaient l'école du rang 2. Cette école primaire est ensuite achetée à la commission scolaire pour être convertie en coopérative puis finalement transformée en épicerie-quincaillerie. Une nouvelle école primaire est maintenant construite sur l'emplacement de l'ancien couvent depuis 1970.

 

 

Présentement, la plupart du territoire de la municipalité est zoné agricole. Il y a effectivement quelques grosses fermes de boeufs de boucherie ainsi que des petits agriculteurs.

 

Les travailleurs de St-Charles sont pour la plupart employés par les usines Alcan et Price. Les autres sont engagés dans différents secteurs des villes voisines: Alma, Jonquière et Chicoutimi.

 

Actuellement, St-Charles impressionne par le dynamisme de ses citoyens. Une vingtaine de comités et d'associations oeuvrent au sein de la municipalité. Les gens s'impliquent au sein de la communauté pour le mieux-être de toute la population.

Municipalité de
Saint-Charles de bourget

357, Rang 2
Saint-Charles de bourget (Québec), G0V 1G0

Téléphone : 418 672-2624
Télécopieur : 418 673-2118
Courriel : info@stcharlesdebourget.ca

Saint-Charles de Bourget - Tous droits réservés © 2011 - Réalisation : Eckinox Média